10 clichés de l’Attaque des Titans

L’Attaque des Titans prouve que tous les clichés ne sont pas mauvais, mais la série a ses ratés.

Qualifier l’Attaque des Titans de cliché est pour le moins exagéré. La série a peut-être captivé le public à l’origine pour son contenu gore, mais SNK a gagné ses lettres de noblesse grâce à la complexité de son univers.

Pourtant, certains éléments de l’intrigue sont assez similaires, voire identiques, à des clichés que l’on retrouve dans d’autres anime shonen. Ce n’est pas toujours une mauvaise chose, et dans certains cas, les clichés inclus sont une préparation à une tournure entièrement différente. D’autres cas, cependant, sont un peu moins qu’idéaux.

10/10 L’histoire de SNK est faussement cliché.

L’Attaque des Titans commence avec une prémisse faussement simple – les restes de l’humanité luttant contre une menace monstrueuse. Le premier épisode ancre fortement les personnages dans un monde où ils sont des proies, en décrivant la violation du district de Shiganshina et l’horrible attaque des titans. L’étendue de la violence et l’intensité font que l’Attaque des Titans se démarque des autres séries, mais il y a toujours un certain niveau de cliché qui rappelle d’autres anime.

9/10 Le protagoniste est un orphelin qui regarde sa mère mourir.

L’intrigue originale de SNK peut sembler cliché, mais cela change progressivement au fur et à mesure que la série progresse. Le protagoniste, Eren Jäger, est quelque peu similaire. Comme beaucoup d’autres personnages de shonen, il a un passé tragique. Dans le premier épisode, il assiste impuissant à la dévoration de sa mère par un titan.

Son père Grisha disparaît, vraisemblablement tué lui aussi. Eren jure de se venger, en visant à anéantir tous les titans. C’est une motivation simpliste mais compréhensible. Elle devient également beaucoup plus complexe au fur et à mesure que l’anime progresse. Les spectateurs apprennent que c’est en fait Eren qui a tué son père, le mangeant après que Grisha lui ait injecté le sérum Titan.

8/10 Eren n’est pas si doué.

Certains protagonistes d’anime, comme Kirito de Sword Art Online, sont complètement surpuissants. D’autres n’ont pas de compétences particulières ou n’excellent que dans un seul domaine. C’est exactement le cas d’Eren. Malgré sa volonté farouche de venger sa mère, il n’est pas particulièrement doué.

Lorsqu’il rejoint la 104e Brigade d’entraînement des cadets, son superviseur, Keith Shardiz, remarque en fait qu’Eren n’a pas de spécialité particulière, contrairement à beaucoup de ses camarades cadets. Bien sûr, cela change lorsqu’il découvre sa capacité secrète – se transformer en Titan Assaillant.

7/10 La détermination d’Eren est un élément essentiel du Shonen.

Eren n’a peut-être pas de compétences extraordinaires, mais c’est sa détermination qui le distingue. C’est une caractéristique classique des protagonistes de shonen, qui persévèrent pour vaincre des obstacles impossibles à surmonter. On peut citer Izuku Midoriya de My Hero Academia et Asta de Black Clover. Même Keith Shardiz souligne le remarquable sens du but d’Eren et les efforts qu’il déploie pour s’améliorer.

6/10 La haine de Mahr envers Eldia est assez irrationnelle pour être un cliché.

Les méchants originaux étaient les titans, mais en fin de compte, c’est l’humanité qui est la vraie menace. Le rebondissement est que les titans eux-mêmes sont en fait des métamorphes venant de la nation ennemie de Mahr. Ils envoient un groupe de Guerriers – Reiner Braun, Annie Leonhart, Bertolt Hoover et Marcel Galliard – pour récupérer le Titan Originel, le plus puissant des Neuf Titans et celui qui peut les contrôler tous. La mission des Guerriers est un échec et se termine par un tout nouveau conflit entre Mahr et Eldia.

Cette intrigue est très intéressante, mais l’attitude des Mahrs à l’égard des Eldiens est un exemple classique de préjugé envers quelque chose d’étranger et peut-être de nuisible. Il n’est peut-être pas tout à fait exact de parler de cliché – car il s’agit de quelque chose qui fait écho aux dures réalités de la vie – mais la prémisse elle-même pourrait être considérée comme un peu générique pour SNK. Les Eldiens ont également un passé sanglant, et les crimes de leurs ancêtres les font passer pour des monstres. Pourtant, c’est Mahr qui perpétue ce cercle de violence, en utilisant les Eldiens comme armes contre d’autres nations. Dans ce contexte, leur haine des titans est tellement irrationnelle que c’en est presque un cliché.

5/10 L’arc du Tournant Majeur n’est qu’une question de corruption.

Si Mahr est la menace la plus pressante à laquelle les personnages principaux de SNK doivent faire face, ils ne sont pas vraiment le plus gros problème – pas au début. Dès le début, il est évident que le gouvernement de Paradis n’a pas à cœur les intérêts de la population. Après la chute du Mur Maria, la perte de production de ressources entraîne une forte pénurie de fournitures. Les autorités lancent une campagne de reconquête du mur, qui n’est en réalité qu’un abattage de la population.

Il s’avère par la suite que le roi Fritz n’est qu’une figure de proue du véritable roi des Murs, Rod Reiss. Cet arc révèle de nombreux secrets, mais ce n’est pas vraiment la partie la plus forte. La lutte contre les gouvernements corrompus est un thème assez commun, rappelant des anime comme Akame ga Kill. Le conflit du Bataillon d’Exploration avec Rod Reiss et ses sous-fifres peut préparer le terrain à des vérités encore plus dures, mais il n’apporte que peu de nouveautés.

4/10 La relation de Mikasa avec Eren ne lui rend pas service dans l’anime.

Personnage féminin principal de l’Attaque des Titans, Mikasa Ackerman est la fille d’action classique. Ce n’est pas une mauvaise chose, car sa compétence sur le champ de bataille est toujours rafraîchissante à voir. Malheureusement, l’adaptation de l’anime ne lui rend pas service en ce qui concerne sa relation avec Eren. Alors que Mikasa a des liens étroits et des intérêts autres qu’Eren dans le manga, l’anime met l’accent sur leur lien au point de la transformer en un intérêt amoureux collant. Mikasa n’est pas le seul exemple de ce phénomène. De nombreux fans estiment que l’anime simplifie également Armin et Eren.

3/10 Livaï est le personnage masculin surpuissant classique.

Mikasa est pratiquement inarrêtable sur le champ de bataille, mais un autre personnage de SNK est encore plus redoutable qu’elle. Également un Ackerman, Livaï illustre le cliché du protagoniste surpuissant à l’autre bout du spectre. Bien qu’il s’agisse d’un personnage complexe en soi, les compétences de Livaï dépassent tout ce que les autres personnages peuvent apporter.

Son combat contre le Titan Bestial de Sieg Jäger est connu pour avoir brisé les lois de la physique, et même les utilisateurs de Titan de Mahr savent qu’ils doivent le craindre, ayant appris les compétences de Livaï par Reiner. Les blessures qu’il subit finalement suggèrent qu’il ne dispose pas de l’armure habituelle dont bénéficient les personnages surpuissants, mais sa force écrasante est remarquable.

2/10 La sur-sexualisation des personnages masculins est devenue un cliché inversé

L’Attaque des Titans est remarquable pour ne pas inclure beaucoup de fan-service. Les personnages féminins ne sont pas vraiment sexualisés comme dans de nombreux anime, shonen ou autres. L’apparence plus jeune de Mikasa lui a valu de nombreux fans, mais son caractère plus strict d’adulte a été qualifié de trop masculin.

À l’opposé du spectre, les personnages masculins sont souvent montrés torse nu. Dans la dernière saison, la scène où Eren enfile son manteau attire beaucoup l’attention. D’autres personnages, comme Reiner ou Sieg, se promènent souvent à moitié nus. Ce n’est pas toujours sexuel, mais c’est là, et d’une certaine manière, un cliché inversé qui est devenu assez courant.

1/10 Le final du manga a été critiqué pour avoir imité Code Geass.

Si l’Attaque des Titans est considéré comme l’un des meilleurs anime jamais réalisés, la fin du manga a déçu de nombreux fans. Le plan du Grand Terrassement d’Eren et son destin ultime ont été critiqués pour avoir imité le manga Code Geass, et pas d’une manière particulièrement flatteuse. Bien qu’il existe de nombreuses séries qui contiennent des motifs similaires, la comparaison entre les deux séries est devenue particulièrement prononcée, et SNK en est sorti perdant. Eren et Lelouch prennent tous deux des risques considérables pour obtenir le résultat souhaité, mais seul Code Geass a construit son final correctement.

Vous avez aimé cet article ? Partagez le sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur linkedin
Partager sur Linkdin
Partager sur pinterest
Partager sur Pinterest

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

-5%
30€ offert
Essaie plus tard
1 figurine Pop
-10%
50€ offert
Dommage !
-20%
1 t-shirt SNK
-30%
C'est perdu
-35%
Tente ta chance de gagner un cadeau!
Renseigne ton adresse mail et tourne la roue. C'est l'occasion de gagner une réduction ou un cadeau sur la boutique !
Les règles du jeu :
  • La roue ne peut être tournée qu’une seule fois
  • Les tricheurs seront dévorés par un Titan